Retour à l'accueil

Magasin ouvert du mardi au samedi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 19h00
120 Impasse de Thénières, Ballaison - Tél 04 50 94 01 18

Livraison en Suisse
Cliquez ici si vous souhaitez
être livré en France

Tél 04 50 94 01 18

Les Repas "Découvertes"

Présentation et visite de l’entreprise à 11h00
Début du repas à 12h30 
Vous dégusterez foie gras et spécialités de La Mère Gaud. Chaque plat sera accompagné d’un verre de vin sélectionné par nos soins.

en savoir plus
X
1 2 3 4

Repas découvertes

Dégustation dans une ambiance conviviale

LES REPAS "DECOUVERTES" Présentation et visite de l’entreprise à 11h00 Début du repas à 12h30 Vous dégusterez foie gras et spécialités de La Mère Gaud. Chaque plat sera accompagné d'un verre de vin sélectionné par nos soins. Menu Spécial Anniversaire "Les 103 ans de La Mère Gaud" Vendredi 22 Septembre (visite à 18h30 / repas à 20h00) Samedi 23 Septembre (visite à 11h00 / repas à 12h30) Le nombre de places étant limité, nous vous demandons de bien vouloir réserver.

 

Notre catalogue en ligne

Découvrez et commander en ligne directement sur le site.

 

Nos coffrets cadeaux

Découvez nos coffrets et commander directement en ligne sur le site :

Economiques
Annemasse - Chatel - Yverdon - Chambéry - Bons - Mère.Gaud.PM - Loisin

Gourmands
Carouge  - Evian - La Clusaz - Divonne - Bernex - La Roche - Mère.Gaud.GM

Gourmets
Les Gets - Annecy - Thonon - Montreux - Chamonix - Yvoire

Prestiges
Veigy - Excenevex - Yvoire Livre - Cluses - Genève - Ballaison - Saint Gervais

Rablaisiens
Avoriaz - Lausanne  - Avoriaz Livre  - Saint Cergues - Courchevel

Notre histoire

Hélène Gaud pour l’état civil, La Mère Gaud pour tous les autres.
Née en 1914, avec la grande guerre, elle résiste à la grippe espagnole, d’origine aviaire dit-on aujourd’hui. Ne serait-ce pas là que le virus des poules lui a été transmis ?

Après guerre, la seconde cette fois, elle obtient son permis poids lourd et au volant de son camion va toutes les semaines à Lyon aux abattoirs de la Mouche pour approvisionner la salaison familiale. Volontaire, farouchement indépendante, peu encline à suivre les chemins battus, elle démarre à cette époque un élevage de volailles, le « virus » inoculé trente ans plus tôt refait surface.
Mais aucun vaccin n’existe contre sa passion aviaire, elle vend ses poussins sur les marchés et dans son parc avicole de Ballaison. Pendant quelques années, on la croit sinon guérie au moins stabilisée, mais elle fait une rechute dans les œufs cette fois. Elle se lance dans l’élevage de poules pondeuses avec pour objectif de ramasser un carton de 360 œufs par jour, et de le vendre bien sûr, ce qui ne lui pose guère de problèmes.

L’entreprise prend de l’ampleur et au début des années 1970 naît Baby Coque, qu’elle crée avec ses deux fils. Elle participe activement au travail, on s’en doute, ramassage des œufs, calibrage, expédition et livraison. Mais Baby Coque volant de ses propres ailes, ses premières amours reprennent le dessus.
Elle réinvestit son parc avicole et s’adonne avec entrain à la vente de poussins, poulets et autres volatiles vivants à une clientèle de petits agriculteurs chablaisiens. Les vacances n’étant pas son « truc », elle se ménage quelques moments de loisirs et enrichit le parc avicole de pigeons, canards et oies d’ornement, paons, pour cette fois, les amoureux des « belles » volailles. Là encore l’activité progresse, mais laisse du temps libre l’hiver.

Or, « La Mère Gaud » partage avec « Dame Nature » une aversion certaine pour le vide. Germe alors deux idées, les escargots, jugés intéressants puisqu’ils ne mangent que quand il pleut… le foie gras, parce que les canards ne manquent pas à la maison et qu’un « Savoyard vaut bien un Gascon ». Si les escargots sont sans délai, laissés dans leurs coquilles, le foie gras est étudié sous toutes ses facettes. La saveur est appréciée par toute la famille, lors du baptême de sa petite fille.

« La Mère Gaud » elle, a trouvé la note salée et le foie beaucoup trop gras. Aléa jacta est !!! Si certains traversent le Rubicon, « La Mère Gaud » se contente du Rhône, puis de la Garonne et se retrouve à 65 ans, stagiaire en plein Gers puis bientôt dans les Landes. C’est peu dire que la « grand mère » intrigue au milieu des jeunes recrues ! Mais personne n’arrive à la décourager.

« Pour faire du foie gras, il ne suffit pas de savoir gaver, ce qui n’est déjà pas une mince affaire, il faut avoir un abattoir, un laboratoire avec des frigos » la préviennent ses formateurs. « J’habite au pied du Mont Blanc, alors question frigo on est servi, pour le reste on fera avec les moyens du bord » ment-elle avec aplomb ! Version savoyarde de « l’intendance suivra» Et c’est ainsi que débute la production surprenante et incongrue de foie gras à Ballaison.

La Mère Gaud reçoit ses premiers clients avec une tarte, et donne des rillettes à tour de bras, les recettes se créent et s’améliorent. Le bouche à oreille fonctionne, la production peine à suivre la vente. Si l’image de la Mère Gaud semble être un parfait outil de communication, c’est parce qu’elle n’est nui une création publicitaire, ni une image virtuelle, mais reflète simplement une réalité.